§ Gagnant 2020/2021

Elias Maier

Directeur général de l'Association suisse des collectivités et entreprises civiles (SVBK)


Elias Maier est le directeur général de l'Association suisse des communautés et corporations civiques et l'assistant personnel de la conseillère nationale Christa Markwalder. Le jeune homme de 31 ans est engagé, pragmatique et libéral. Dans sa commune natale de Burgdorf, il est président du FDP et il est conseiller municipal.

 

Le problème : des demandes d'aménagement qui prennent beaucoup de temps

 

Qu'il s'agisse d'un bar pop-up ou de la construction ou de la rénovation d'un bâtiment, des demandes d'aménagement fastidieuses sont nécessaires partout. L'élaboration d'applications et de la documentation associée prend énormément de temps, entraîne des coûts élevés et, enfin et surtout, une énorme montagne de papier. Dans le canton de Berne, une demande de permis de construire compte en moyenne plus de 100 pages. En outre, les documents relativement volumineux sont envoyés plusieurs fois par courrier entre le demandeur, la municipalité et les autorités. D'autres problèmes résident dans le traitement des demandes et dans la pénurie nationale de travailleurs qualifiés dans les administrations du bâtiment. Cela entraîne des retards considérables dans le traitement des demandes de construction et les délais ne peuvent être respectés. Cela retarde la réalisation des projets de construction.

 

La solution : un guichet unique national de construction électronique 

 

Les demandes de permis de construire et la documentation associée doivent être soumises et publiées aussi simplement et numériquement que possible sur une plateforme nationale. Les demandes doivent être vérifiées par les autorités compétentes, puis envoyées aux bureaux spécialisés nécessaires sur une plate-forme. Les objections doivent également être formulées via la plate-forme. En particulier dans le cas de demandes simples, par exemple pour l'érection d'une bannière publicitaire ou la réalisation d'une opération pop-up, les demandes doivent pouvoir être traitées le plus rapidement possible. À l'avenir, une solution blockchain pourrait même approuver les demandes dans un délai très court. 

 

L'idée est de parvenir à une harmonisation nationale et à une simplification de la législation en matière de construction afin que les demandes puissent être soumises de manière standardisée. Elle serait mise en œuvre par une modification des lois cantonales et communales sur les constructions (révision de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire) ou dans le cadre d'un concordat. Un premier pas dans cette direction a déjà été réalisé en réglementant par un concordat les termes formels de construction tels que les hauteurs, les distances et les étages. Un soutien pourrait être apporté par l'association des propriétaires ainsi que par les associations commerciales et d'entreprises. 

 

À l'avenir, les projets de construction pourraient être réalisés dans des délais très courts. Le processus est massivement accéléré, réduit et simplifié et il existe un point de contact/site web unique. 

Les citoyens et les entreprises seront massivement soulagés de la charge que représente la soumission des demandes de construction. En supprimant des millions (probablement des milliards) de pages de papier, l'environnement sera également protégé. D'autre part, les administrations des bâtiments des communes doivent être soulagées ou supprimées. Celles-ci devraient unir leurs forces pour former des centres d'administration des bâtiments régionaux ou municipaux efficaces pour le traitement des demandes en ligne. Cela pourrait contrer la pénurie de travailleurs qualifiés et permettre aux municipalités de faire des économies.

 

 


§ FInalistes 2020/2021

DOMINIC EICHENBERGER

Ouvreur de perspectives, moteur d'idées, constructeur de marques et innovateur en matière de communication


Dominic Eichenberger développe des idées créatives, des concepts durables et des solutions innovantes en matière de marques et de communication pour les entreprises, les organisations et les institutions. L'homme de 44 ans vit à Bolligen, près de Berne. Outre son travail, il s'intéresse particulièrement à l'architecture, à l'art, à la mode et au design.

 

Le problème : la jungle des permis

 

Pour organiser un événement, selon le type/la portée de l'événement, une ou plusieurs autorisations écrites sont nécessaires, qui doivent être organisées/obtenues en temps utile pour pouvoir tenir l'événement. Par exemple, vous pouvez remplir toutes sortes de documents descriptifs en format PDF à la ville de Berne, puis les envoyer par courrier électronique. Comment, qui et quand ce processus est influencé est souvent un mystère pour le demandeur.

 

La solution : une e-plateforme pour des applications de toutes sortes

 

Nous remplaçons ces "formulaires PDF" en créant une plate-forme électronique globale pour les demandes de toutes sortes. Cette plate-forme électronique peut également être configurée pour être compatible au niveau national, en fonction des besoins des cantons. Par exemple, un organisateur peut s'inscrire une fois en allemand sur www.gesuche.ch avec ses coordonnées. Grâce aux données de connexion personnelles, l'organisateur peut immédiatement saisir numériquement les demandes respectives pour les activités prévues. Dans le cas d'événements récurrents, l'organisateur peut accéder aux données qu'il a saisies et mettre à jour la nouvelle application avec peu d'efforts grâce à un duplicata. Grâce à l'enregistrement numérique, le processus est entièrement automatisé à partir de ce moment. L'organisateur peut vérifier l'état de sa demande à tout moment en se connectant et a un accès direct à la personne qui accompagne sa demande dans le processus. 

 

Après approbation, chaque événement reçoit sa propre identité, c'est-à-dire une page de renvoi spécifique contenant toutes les informations enregistrées sur l'événement. Cette page de renvoi doit offrir de multiples avantages à toutes les parties concernées. En cas de Covid-19, cette page de renvoi pourrait également être utilisée pour enregistrer les données de contact des personnes participant à l'événement. Cela permettrait une collecte centralisée des données autour de l'événement. La facturation des services peut également être traitée numériquement afin d'éliminer les procédures postales dans l'administration, c'est-à-dire d'économiser des ressources et du temps. L'idée du projet est axée sur l'holisme, la transparence, la numérisation, l'automatisation et l'orientation client. Les processus administratifs bureaucratiques seront homogénéisés, numérisés et en même temps accélérés, dans l'intérêt de toutes les personnes concernées. La plate-forme électronique sera construite de manière modulaire pour répondre à la flexibilité des besoins futurs. L'automatisation de ces processus permet aux fonctionnaires de les contrôler numériquement (même depuis leur domicile). Cela permettrait un autre avantage pour la société et l'économie, à savoir que les bâtiments administratifs classés, souvent magnifiques, du centre-ville (exemple de Berne) retrouvent leur attrait et peuvent être utilisés d'une autre manière, comme un hôtel-boutique ou un espace de travail collaboratif. Il existe de nombreux points de contact et des synergies potentielles, qui peuvent facilement être étendues en pensant de manière holistique. 

 

 

SALOMÈ VOGT & Diego Taboada

Avenir Jeunesse


Salomè Vogt était responsable d'Avenir Jeunesse, Diego Taboada est chercheur à Avenir Suisse. La prévoyance est un axe important pour Avenir Jeunesse.

 

Le problème : les lacunes dans les cotisations entraînent des réductions de pension  

 

Les interruptions de travail, par exemple pour fonder une famille, poursuivre des études ou passer du temps à l'étranger, font partie de la vie quotidienne des hommes et des femmes. Cependant, ces interruptions sont mal couvertes par notre système de retraite à trois piliers et peuvent entraîner des pertes de pension considérables par la suite. Ainsi, dans le premier pilier, non seulement le montant des cotisations d'épargne de l'AVS, mais aussi le moment où elles sont versées sont déterminants pour la fixation de la rente de vieillesse. Si aucun versement n'est effectué au cours d'une année donnée, cela peut entraîner une réduction d'au moins 2,3 % de la pension de vieillesse. Les lacunes dans les cotisations, par exemple à la suite d'un séjour prolongé à l'étranger ou parce que des cotisations ont été oubliées pendant les années d'études, ne peuvent être compensées que dans une mesure limitée - dans un délai de cinq ans. Si les lacunes de cotisation remontent à plus de cinq ans, aucun versement supplémentaire n'est possible et la pension est réduite à vie.

 

La solution : suppression du délai de cinq ans pour les versements complémentaires à l'AVS

 

Notre régime de pension de vieillesse devrait mieux tenir compte des interruptions d'emploi ainsi que des modèles de vie contemporains. Afin de ne pas être confronté à une réduction de la rente à vie si les cotisations ne sont pas payées à temps, le délai de cinq ans pour les versements complémentaires à l'AVS devrait être supprimé. Le montant des cotisations ainsi que le nombre d'années qui peuvent être payées en retard doivent être définis de telle sorte que les paiements en retard servent principalement à améliorer la situation de la pension personnelle et ne puissent pas être utilisés à des fins d'optimisation fiscale.

 

La politique fédérale est nécessaire pour créer le cadre juridique et les fonds de compensation sont nécessaires pour le mettre en œuvre.

 

La mise en œuvre de cette idée vaut la peine pour tout le monde. Nous vivons à une époque qui permet des biographies de carrière différentes. Les interruptions d'emploi sont plus fréquentes, le travail à temps partiel est en augmentation et de moins en moins de personnes commencent leur carrière dans l'entreprise où elles prennent leur retraite. En d'autres termes, les cas où une entreprise pourvoit aux besoins en matière de pension de ses employés tout au long de leur vie sont devenus plus rares. Ces nouvelles réalités doivent également être reflétées dans la loi. Pour l'AVS, cela signifie qu'en cas de lacunes de cotisations, les personnes doivent avoir la possibilité d'améliorer leur situation de prévoyance personnelle sous leur propre responsabilité - indépendamment d'un délai de cinq ans.

 

 


§ gagnant 2019

Christian Siegenthaler

Etudiant et secrétariat général du personnel PLR


Christian Siegenthaler (24 ans) a obtenu l’été dernier son bachelor en Histoire et politique à l’Université de Berne. Depuis le printemps 2019, il travaille parallèlement à ses études au secrétariat général du PLR. En plus de son engagement et de sa formation, le jeune homme originaire de Berthoud joue du tuba dans une fanfare et est chef de groupe chez les scouts.

 

Le problème: «À consommer de préférence avant le...» occasionne un énorme gaspillage alimentaire

 

La responsabilité individuelle est l’une des clés du succès en Suisse. Mais de plus en plus de secteurs sont réglementés, surréglementés, voire soumis à des interdictions. On ne fait plus appel au bon sens, notamment dans le domaine des denrées alimentaires.

 

Chaque année en Suisse, 2,6 millions de tonnes d’aliments finissent à la poubelle plutôt que dans les assiettes, soit 190 kg par personne et par an. Chacune et chacun d’entre nous jette ainsi en théorie quotidiennement cinq tablettes de chocolat non entamées. Plus grave encore: d’après l’OFEV, les deux tiers de ce gaspillage pourraient être évités.

 

La solution: plus de bon sens lors du prochain achat dans la grande distribution

 

L’idée de Christian Siegenthaler concerne les détaillants, chez lesquels le gaspillage alimentaire est important. Au lieu de méthaniser, composter ou brûler les denrées alimentaires une fois la date limite de conservation dépassée, il s’agit de donner plus de responsabilités au client.

 

Les enseignes de la grande distribution doivent avoir la possibilité d’employer une partie de leur surface de vente pour la commercialisation d’aliments dont la date limite de conservation est dépassée. Les produits frais tels que les œufs, le poisson ou la viande ne sont pas concernés en raison d’un risque important pour la santé. En revanche, les pâtes alimentaires, raviolis en boîte et produits surgelés peuvent être consommés plusieurs jours, semaines voire des mois après la date limite de conservation.

 

Il est temps de redonner, dans ce domaine aussi, une responsabilité individuelle à chacun à travers de nouveaux concepts et approches et de laisser les gens décider eux-mêmes s’ils peuvent encore consommer un yaourt ou des pâtes.

 

Cette déréglementation bénéficierait aussi à la grande distribution – et donc à l’économie –, qui économiserait 500 millions de francs par an sur l’élimination et la destruction des denrées alimentaires. À cela s’ajoute un allègement important de la bureaucratie. Une déréglementation qui encourage et met en valeur l’action responsable des citoyennes et citoyens, déleste l’économie tout en protégeant l‘environnement. Une déréglementation qui a du sens.


§ gagnant 2018

Andri Silberschmidt

Président des Jeunes libéraux-radicaux suisses, conseiller municipal de la ville de Zurich, gérant de fonds à la Banque Cantonale de Zurich et co-fondateur de kaisin GmbH


Une licence pop-up pour les affectations temporaires

 

Les politiques ont un horizon de plusieurs décennies lorsqu’ils renouvellent le règlement sur les constructions et les zones d’une commune ou d’une ville. Ils ont une idée claire de la manière dont une zone doit évoluer. Mais la réalité ne leur donne pas toujours raison. Le taux de logements vacants de la ville de Zurich s’élève par exemple à 0,22% alors que plus de 215 000 m2 de surfaces de bureaux ne sont pas utilisés. Un potentiel inexploité est en jachère!

 

Le problème: des prescriptions trop rigides s’appliquent aux affectations transitoires.

 

Pourquoi changer quelque chose? Avec les affectations temporaires, tout le monde y gagne: le propriétaire peut couvrir ses frais, le locataire obtient l’espace tant convoité et les pouvoirs publics permettent à des solutions innovantes (par exemple maisons / modules plug and play (espace dans l’espace)) de voir le jour afin de rendre les quartiers vivants. Les solutions transitoires génèrent une situation gagnant-gagnant-gagnant.

 

La solution: l’octroi d’une licence pop-up doit permettre à des projets limités dans le temps (par exemple cinq ans) de se réaliser indépendamment de la zone à bâtir (par exemple des logements étudiants dans une zone artisanale). Par ailleurs, les prescriptions communales correspondantes doivent être adoptées pour la durée prévue. Pour en avoir discuté avec différentes parties (propriétaires institutionnels de bâtiments, start-up innovantes, fondation Jugendwohnnetz, etc.), il ne fait aucun doute que la mise en place d’une licence pop-up est nécessaire. La première avancée prend la forme d’une intervention parlementaire au niveau communal. Un petit pas pour un homme politique mais un grand pas pour la déréglementation!